Christophe Verna propose une voile de traction auto portée pour cargos et porte-conteneurs

D’après l’inventeur, le marché promis à cette voile est énorme, tant du point de vue des économies d’énergies, que d’économies en dollars, car il concerne la consommation de 10 milliards de tonnes de fioul lourd/an.

Du point de vue écologique, si l’on prend seulement la moitié des chiffres relevés lors du voyage de la Skysails (voile  de kite géante) en 2008, soit 20%, cela donne l’économie d’1 milliard de tonnes de fioul lourd et sale brûlés par an.

Côté financier,  le prix du carburant marin à 0,5 % de soufre connaît déjà une forte poussée. Son prix était de l’ordre de 200 dollars la tonne en 2012. Il est passé à environ 400 dollars en 2016, il est négocié actuellement à 731 dollars ».

À 700 dollars la tonne, l’économie sera de 700 milliards de dollars/an.

Christophe Verna estime que sa voile, vu sa configuration, sera plus efficace qu’une voile volante classique à traction verticale.

L’inventeur explique qu’un premier brevet protège un système qui permet à la voile de s’élever par elle-même : http://inventions.a.verna.free.fr/voile.htm , cette conformation cumulant trois avantages :

  • elle ne peut pas tomber à l’eau, même en cas d’absence de vent.
  • s’élevant par elle-même, elle ne nécessite pas de mât de mise en œuvre et récupération qui est un matériel très coûteux. 
  • limitée en élévation, elle tracte le bateau vers l’avant et non vers le haut, exploitant ainsi la force éolienne au maximum.

Toujours d’après l’inventeur, un second brevet protège un système qui permet à la voile auto portée de conserver son horizontalité par 4 procédés : http://inventions.a.verna.free.fr/voile_horizontale.htm .

Stabilisée à l’horizontale, elle est gouvernée depuis le bateau tracté en jouant sur les câbles de traction. 

L’inventeur estime que ses brevets se complètent pour constituer une voile répondant parfaitement à des critères d’efficacité auxquels aucune autre voile volante de traction classique ne peut prétendre.

L’inventeur, malgré de faibles moyens, a fait des démonstrations de faisabilité grâce à  trois prototypes :

Le premier, de 2 m2 : http://inventions.a.verna.free.fr/voile_bassins.htm

Le deuxième, de 6 m2 : http://inventions.a.verna.free.fr/voile_bx_lac.htm        

Le troisième, de 20 m2, auquel manquait deux ballons, de la main d’œuvre et de l’espace pour que la démonstration soit parfaitement concluante :

Aux dires de l’inventeur, malgré leurs imperfections,  ces trois prototypes montrent tous que cette voile, grâce à ses systèmes originaux :

  • S’élève seule,
  • Reste en l’air par ses propres moyens,
  • Qu’elle adopte une position horizontale constante,
  • Cette horizontalité la rend gouvernable en jouant sur les longueurs des câbles de traction bâbord ou tribord,  ce qui est unique pour une voile volante, c’était les buts visés par ces 2 dépôts de brevets.

Il est à noter que les volumes de sustentation participent à la traction du navire.

Monsieur Verna cherche actuellement un/des partenaires pour pousser plus avant le développement de cette voile.

Leave a Comment

Join Our Newsletter
Enter your email to receive a weekly round-up of shipping news.